Besoin d'un conseil ?
04.42.41.53.65
Du lundi au vendredi
de 10h à 12h
et de 14h à 18h30
Mon panier
0 articles
 
Espace membre non connecté
Manche d'anthologie hier au Défi Kite
Manche d'anthologie hier au Défi Kite

ALEX CAIZERGUES FAIT LE BON CHOIX ET S'IMPOSE
Le village du Défi Kite a ouvert ses portes vendredi matin sur la plage des Chalets, à Gruissan, dans l'Aude, pour la deuxième édition de cette épreuve qui réunit jusqu'à dimanche près de 150 kitesurfers, professionnels et amateurs sur un même parcours de longue distance.

L'affiche du Defi Kite traduit cette année toute la diversité de la pratique, avec des talents venus de plusieurs horizons. Alex Caizergues, l'homme le plus rapide du monde avec un run à 104,8 km/h, réalisé en novembre 2013, est présent, ainsi que sa compagne Marie Desandre-Navarre, elle aussi spécialiste de la vitesse. Rappelons que Marie a remporté en 2013 la première édition du Défi chez les femmes. Leur belle histoire commune leur a valu les honneurs de Paris Match qui leur a consacré un long reportage début Mai. Présent également et sérieux candidat à la victoire, Nicolas Parlier, spécialiste de la longue distance, fils du célèbre navigateur Yves Parlier. La vitesse et la distance ne font pas du tout partie de son univers, mais le hollandais Kevin Langeree, champion du monde de freestyle en 2009 et récent vainqueur de la Red Bull King of The Air, une épreuve ou les riders sont jugés sur leurs capacités aériennes, est revenu faire l'expérience du Défi, tout comme Sebastien Garat, meilleur freestyler français au niveau mondial. Enfin, l'épreuve s'enrichie de la présence d'une grande partie de l'équipe de France, emmenée par la fédération. L'équipe revient tout juste d'Italie avec un deux titres de champions du monde de Race, la discipline qui se rapproche le plus de la régate en voile, un pour Maxime Nocher, sacré en moins de 21 ans et Axel Mazella, champion du monde en catégorie moins de 18 ans, ainsi que de deux titres de vice champion du monde pour Théo De Ramecourt en moins de 18 ans et Ariane Imbert vice-championne du monde femme Masters. A leurs cotés, beaucoup d'amateurs, arrivés de toute la France, venus là pour mettre leur rêve en accord avec la réalité et simplement heureux de pouvoir participer.

LA TRAMONTANE SURPREND TOUT LE MONDE

Il faut attendre la fin d'après-midi pour que les prévisions météorologiques annonçant une bascule de vent se vérifient. La Tramontane s'installe alors rapidement et solidement. Après le briefing pendant lequel Philippe Bru rappelle l'emplacement des bancs de sable et les difficultés du parcours, les compétiteurs sont confrontés à un vent violent qui les oblige à revoir au dernier moment leur choix de matériel. Le départ est donné dans un vent oscillant entre 35 et 40 nœuds et sur un plan d'eau «  démonté  ». Les spécialistes sont habitués à ce genre de configuration, c'est plus délicat pour les amateurs, certains sont d'ailleurs obligés de déclarer forfait faute de surface d'aile assez petites pour affronter la tempête. Dans ces conditions dantesques, la meute s'élance pourtant sans accroc majeur. Sur l'eau, et alors même que le vent semble forcir encore, la hiérarchie va très rapidement s'installer. Alex Caizergues qui a intelligemment changé de matériel au dernier moment, abandonnant son foil pour une planche de speed-crossing qu'il connait parfaitement va rapidement tuer le suspense en prenant un avance  déterminante dès le premier bord. Il termine loin devant ses deux poursuivants directs, Nicolas Parlier et Maxime Noché, qui ont souffert tout au long du parcours mais finissent tout de même sur le podium. Nombreux sont les concurrents qui chutent une ou plusieurs fois, tous diront à l'arrivée combien le parcours, avec vagues et embruns, aura été difficile. A l'arrivée, les sourires restent pourtant dominants, se mesurer aux éléments faisant partie des challenges du kitesurf. Derrière, c'est Tilman Heining qui prend la 4 éme place, suivi de Mayeul Riffet et de Sébastien Garat en TT et en chausses. Marie Desandre l'emporte chez les filles, devant Ariane Imbert et Fabienne d'Ortoli. Encore une fois la tramontane aura été à la hauteur de sa réputation.

 

Mis en ligne 24/05/2014
 
Laisser votre commentaire
Vous n’êtes actuellement pas reconnu par le système.
Pour pouvoir commenter les news, vous devez vous connecter ou créer votre pseudo.

Utilisation des cookies En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts ainsi que pour la sécurisation des transactions sur notre site. Pour plus d’informations, gérer ou modifier les paramètres, cliquez ici Fermer