Besoin d'un conseil ?
04.42.41.53.65
Du lundi au vendredi
de 10h à 12h
et de 14h à 18h30
Mon panier
0 articles
 
Espace membre non connecté
"Que ça me serve de leçon"
Momo s'est un peu pris les pieds dans le tapis hier à Port Camargue, plage sud. Il raconte et nous invite à en tirer les bonnes leçons.

"Hier 15h30. Port Camargue plage sud. Je mets ma nouvelle directionnelle à l'eau pour la premiere fois. Déco en 7m². Je pars naviguer 5mn, et je prends la mesure des conditions. Piting, ça tape. Je rentre à terre, trimé à bloc, et tout en dissuadant mon fils de se mettre à l'eau (en mec prudent qu'il est, il l'avait décidé lui même de rester au sec), je reprends mes reglages pour rallonger mes arrières, afin de récuperer un peu de marge sur le trim.

Je repars, aile basse, pas trop vite, car le but était juste de valider la glisse de ma planche, en vue des prochaines compets à venir.Je monte au vent, je change d'amure en prenant un bonne marge de sécu quant à la grande digue de l'espiguette à 150 sous mon vent. Je repars babord. Je cape en direction du nord pour m'éloigner de la zone des 300m. Et là, au près, à moins de 100m au vent de la digue centrale du spot, une rafale à je sais pas combien, mais au delà de 50/55 me fait perdre le controle de l'aile. Je bache, je largue au chicken. En moins d'une minute, l'aile arrive en vrille sur les premiers rochers de la digue. Je largue également au niveau du leash. L'aile remonte au plafond en mode chiffon, puis les lignes se prennent dans les blocs, obligeant l'aile à partir pleine balle sous le vent de la digue. La barre coincée fera en sorte que l'aile reste là où elle est. Poussé par des vagues hautes et courtes, je me rapproche de la pointe de l'épi. Je m'écarte de la zone lignes + aile afin d'éviter tout redécollage intempestif. Puis, j'arrive à contourner la digue par la droite pour venir m'accrocher aux rochers sous le vent. Je monte sur la digue pour me reposer de cette séance cardio un peu chaud patate. Deux riders qui étaient à terre viennent vers moi en nageant sous le vent de la digue pour me porter secours. Ils me proposent d'aller déconnecter l'aile et de la ramener, pendant que je m'occupe de la barre et de la planche. Les mecs parviennent à rentrer l'aile à terre.

De mon coté, je passe un sale quart d'heure à vouloir récuperer la barre enfouie sous le premier rocher au vent de la digue. Toutes les deux secondes je me prends un piting de paquet de flotte qui m'oblige à me cacher entre les rochers afin d'éviter la gifle liquide. La barre est irrécupérable, les lignes hachées menues par les aretes des rochers. Pendant tout ce périple je n'ai rien pu faire non plus pour éviter que mon flotteur ne se fasse rosser par les vagues contre les premiers blocs au vent de la digue. Je m'approche des blocs dans lequel il est coincé, et je le retrouve cassé en deux. Des trous de partout, un aileron arraché, les deux autres totalement déchiquetés au niveau du bord d'attaque.

Ne pouvant les ramener avec moi a cause de l'imperieuse nécéssité de garder les mains libres dans cet environnement ultra violent, je jette les deux morceaux de ma board sous le vent de la digue pour qu'ils reviennent d'eux-mêmes au bord.

Le bilan: L'aile est lacérée de partout, boudin crevé. La barre et les lignes ont pris trop cher pour envisager de renaviguer avec tel quel. La planche neuve n'aura vécu que 20mn et finira en miserable trophée au plafond de mon garage. Ma combi garde de jolis coupures sur les cuisses et les genoux, et moi, je suis certain de m'en tirer à tres bon compte.

L'addition se monte à plus de 2000 euros foutus à la poubelle en 3 mn, et je risque fort de ne pas avoir de nouvelle planche à temps pour les trois premières épreuves de l'année (Leucate, L'almanarre, et Gruissan)...

J'écris tout ça juste pour dire que dans des systèmes météos violents, malgré du matos neuf (l'aile avait deux sorties) et de qualité, on ne pèse plus grand chose face aux impondérables, et les choses peuvent prendre une sale tournure en 3 minutes. Alors voilà, la prochaine fois, quand votre petite voix sur l'épaule vous dit "quelque chose risque de pas tourner rond dans cette session", vous l'écoutez, vous pliez, et bien à l'abri dans le fourgon, vous vous faites un sandwich au saucisson, et tout en écoutant le dernier Bruno Mars, vous regardez les cailloux voler..

Merci puissance 10 aux deux lascars qui se sont pas chiés pour me venir en aide..."

Sylvain Maurin
Mis en ligne 01/04/2015
3 Commentaires
  • guy le 01/04/2015 à 21:34
    la suite ici : http://www.leboncoin.fr/sports_hobbies/788033302.htm?ca=12_s
  • Le Scribe le 01/04/2015 à 17:00
    C'est le problème de Momo, depuis qu'il a vu Highlander au cinéma, il se croit immortel... :=)
  • Francois1962 le 01/04/2015 à 16:18
    Content que ce se soit bien terminé. Seul point de désaccord est la phrase en gras en guise de conclusion et d'avertissement: "je suis désolé mais le vent hier aux stations variait de 20 à 50 kn dans les rafales à cet endroit… alors pas besoin d'être prudent, c'est juste une évidence que c'est une conn…. de sortir dans pareilles conditions…."
 
Laisser votre commentaire
Vous n’êtes actuellement pas reconnu par le système.
Pour pouvoir commenter les news, vous devez vous connecter ou créer votre pseudo.

Utilisation des cookies En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts ainsi que pour la sécurisation des transactions sur notre site. Pour plus d’informations, gérer ou modifier les paramètres, cliquez ici Fermer