Besoin d'un conseil ?
04.42.41.53.65
Du lundi au vendredi
de 10h à 12h
et de 14h à 18h30
Mon panier
0 articles
 
Espace membre non connecté
Ca peut toujours arriver
Ca peut toujours arriver
C'est Julie qui raconte :

- De retour du Brésil après le trip le plus court et le plus cher de notre vie : 24 heures sur place. Arrivés à Fortaleza vendredi soir, nous avons pu récupérer notre voiture de location et rallier Cumbuco où nous avions prévu de passer une nuit à la pousada Casa Cohiba.

Malheureusement, la route vers le spot va être compromise :

- réveillés vers 3h du matin, un flingue sur la tempe, par un groupe de 4/5 hommes qui avaient déjà pris en otages le reste des habitants. Assis sur le lit sous la menace de leurs armes, nous avons assisté impuissants à un dépouillement en bonne et due forme de toutes nos affaires pendant plus d'une heure : 5 ailes, 2 boards, 2 paires de chausses, pads et straps, trois barres (tout le matos était quasiment neuf), le boardbag, la voiture de location stationnée à l'intérieur de la pousada, les portefeuilles contenant tous nos papiers et CB, la gopro, un réflex et deux objectifs, le sac de fringues de mon mari, nos deux portables, le Mac book, et nos deux alliances. Ils ne nous ont laissé que nos passeports, et mes vêtements. Ils nous ont ensuite ligotés sur le lit. Ce n'est pas l'image que nous avions du Brésil dont nous avions tant rêvé, et je ne pense pas que ce soit l'image qu'il faille en avoir.

L'histoire, que l'on vous invite à lire sur notre page FB se termine bien" mais il faut effectivement en tirer des leçons. Depuis toujours, les surfers parcourent le monde et vont souvent, dans des pays pauvres. Dans les années 70, les routards n'avaient que peu de choses avec eux. Aujourd'hui windsurfers, kiteboarders arrivent souvent avec beaucoup de matériel. en plus du matos qui se revend facilement, ordinateurs, materiel photo, vidéo, et même des bijoux.

Même s'il convient de ne pas faire de généralités, on peut aussi se faire dépouiller à Paris ou Marseille, certaines destinations sont plus risquées que d'autres. La réaction de Julie est exemplaire, evidemment le Brésil ne se résume pas à ça et beaucoup d'entre nous ont fait le voyage sans encombres. Mais de tout tempsl le voyage a comporté son lot d'imprévus, ce sera de plus en plus le cas, à fortiori quand les différences de condotions sont de plus en plus flagrantes.
Mis en ligne 27/07/2015
1 Commentaires
  • mike28 le 27/07/2015 à 13:13
    Cela ne se résume pas qu'à une différence de conditions sociales...certains pays d'Asie sont très pauvres et pourtant le risque encouru par le voyageur frise le 0 ! Le Brésil ne se résume pas à ça mais j'ai envie de dire "c'est aussi cela le Bresil ! Sur plusieurs séjour j'ai toujours eu des connaissances, amies, qui se sont fait braquer ou simplement voler...c'est beaucoup plus fréquent qu'on veux le faire croire ! Combien avez vous de connaissance de Marseille ou paris qui ont déjà eu un pistolet ou fusil à pompe braqué sur eux ? Moi aucune !
 
Laisser votre commentaire
Vous n’êtes actuellement pas reconnu par le système.
Pour pouvoir commenter les news, vous devez vous connecter ou créer votre pseudo.

Utilisation des cookies En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts ainsi que pour la sécurisation des transactions sur notre site. Pour plus d’informations, gérer ou modifier les paramètres, cliquez ici Fermer