Besoin d'un conseil ?
04.42.41.53.65
Du lundi au vendredi
de 10h à 12h
et de 14h à 18h30
Mon panier
0 articles
 
Espace membre non connecté
F.One. Parlons stand up paddle
F.One. Parlons stand up paddle
On commence par préciser le rôle d'un dealers meeting et ce qu'il apporte. C'est d'abord une rencontre annuelle entre une marque et ses distributeurs. C'est toujours important de mieux se connaître. Ca renforce les relations, c'est plus cool le restant de l'année. Lors d'un dealers meeting, la marque peut aussi mieux expliquer son travail, ses objectifs. On comprend mieux les produits lorsqu'on sait pourquoi et comment ils ont été développés. Evidemment, on passe du temps à l'eau, il est évident qu'on parle mieux du matos avec lequel on a navigué.

Finalement, la semaine a commencé par la présentation de la gamme SUP Manéra. Raphaël Salles n'était pas venu pour nous réciter le catalogue mais pour élargir un peu notre vision des choses expliquer comment travaille son équipe, les relations avec les différents sous traitants,  la manière de collaborer. Le gamme SUP est élaborée par Raphaël Salles, associé à Charles Bertrand, jeune architecte naval, qui sort de l'école de Southampton, rider bien évidemment, plutôt discret, mais passionné, ça se voit dans ses yeux. Les riders font partie intégrante du processus de développement. Un peu plus de 50 protos ont été réalisés et testés pour la gamme, sans compter une quinzaine d'autres pour la Race. Les protos sont réalisés par l'usine en chine (le R&D envoie un fichier) et F.ONE peut ainsi chercher de concert la bonne forme et les différentes possibilités de fabrication. Ca permet aussi de minimiser les surprises le jour de la mise en prod. C'est cohérent.

La gamme de SUP de F.One se compose de quatre séries de produits : Manawa, Anakao, Madero et Race. Chaque famille dispose d'un technologie de fabrication différente, en accord avec le but recherché et évidemment le positionnement prix.

La Manawa est la board la plus polyvalente de la gamme. C'est vrai on l'a constaté notamment avec le 9.6, c'est à la fois un modèle qui peut aller dans les vagues et qui va permettre de faire du cruising sans posser de l'eau comme une péniche. Elle est réalisée en sandwich bambou sur le pont (stratification sous vide) et la carène est en verre/epoxy

L'Anakao, développée avec Remy Quique et Patrice Chanzy , dispose globalement d'un shape plus long et plus étroit. C'est un SUP pour surfer de façon engagé et incisive. Elle est en sandwich bambou dessus et dessous. Les plaques de babou font 0,6 mm d'épaisseur. Le bambou, c'est plutôt beau, ca procure également une très bonne résistance aux enfoncements.

La Madeiro est aussi un SUP de vague, mais ce modèle à une vocation a être plus accessible. Elle est notamment un peu large que l'Anakao. Elle est bambou/carbone pour le pont et bambou en carène.

Il y a du changement sur la Race Pro qui adopte une nouvelle carène, plate, pour une fonctionnement qui n'est plus tout à fait du déplacement (carène à déplacement, c'est de l'hydrodynamique), mais entre le déplacement et le planning. Elle est magnifique, c'est une bête de course.

Les densités de mousse polystyrène du core sont de 15 kg/mètre cube sur les Race et 20 pour le reste de la gamme. La Race standard garde une carène avec une étrave. La différence de poids entre la Race et la Race Pro est de plus de 3 kg.

Pas mal de job a été fait au niveau de la gamme de pagaie. On ne va s'étaler mais sachez par exemple que les versions double-concave apportent plus de stabilité de la rame dans la phase de propulsion

En parallèle du travail par modèle, Raphaël a fait quelques apartés. Notamment sur la largeur des boards. En fait, la tendance chez les riders pros est de trouver la bonne largeur et de s'y tenir. Vous pouvez avoir deux ou trois boards différents dans votre quiver mais qui auront la même margeur, c'est l'idéal pour retrouver ses marques et ses appuis en surf.

Dernier point. Les riders pro ont tendance à utiliser des planches de plus en plus petites pour être à l'aise dans la vague, il n'en va pas forcément de même pour tout le monde. Espérons que le SUP ne fasse pas le même type d'erreur que le windsurf à une époque.

Dernier point et on y reviendra en détail, F.ONE revient avec une véritable gamme gonflable.
Mis en ligne 17/09/2015
 
Laisser votre commentaire
Vous n’êtes actuellement pas reconnu par le système.
Pour pouvoir commenter les news, vous devez vous connecter ou créer votre pseudo.

Utilisation des cookies En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts ainsi que pour la sécurisation des transactions sur notre site. Pour plus d’informations, gérer ou modifier les paramètres, cliquez ici Fermer